Ashoka Fellow
France
Fellow depuis 2008
Terre de Liens

IDÉE

Jérôme Deconinck a participé à la création de Terre de Liens, qui mobilise l’investissement solidaire et le don pour permettre l’installation d’agriculteurs créant des fermes biologiques et freiner la désertification qui menace de vastes zones rurales. Le but : maintenir une agriculture à taille humaine pour redynamiser la vie sociale des zones rurales et développer la consommation de produits biologiques.

IMPACT

Créé en 2003, le réseau Terre de Liens compte en 2017 19 associations régionales qui maillent le territoire et une association nationale. Ce sont près de 300 fermier(e)s installé(e)s sur des fermes Terre de Liens, 146 fermes acquises (3 360 ha dédiés à l’agriculture biologique), 1 600 candidat(e)s à l’installation agricole conseillé(e)s en 2016, et 4 500 adhérents. La Foncière Terre de Liens créée en 2007 compte 12 298 actionnaires et solidaires et un capital de près de 60 millions d’euros en 2016. En 2013, s’appuyant sur les dons et les legs, la Fondation Terre de Liens est créée et reconnue d’utilité publique par le Conseil d’État. Ce sont maintenant plus de 6 500 donateurs qui soutiennent cette jeune fondation. Depuis 2003 ce sont plus de 13 900 citoyens qui ont été mobilisés dans le mouvement et plus de 64 millions d’euros pour des acquisitions d’exploitations.

QUI EST-IL ?

Originaire de Lyon, ingénieur agronome de formation, il s’engage dans les mouvements promouvant les dynamiques rurales. Il prend alors conscience que le cœur du problème est l’accès au foncier et s’intéresse à l’agriculture biologique dont il étudie les différents modèles.

Cette description du travail de Jérôme Deconinck a été rédigée lors de sa sélection comme Fellow Ashoka en 2008.
Introduction
In response to increasing agricultural industrialization throughout France, Jérôme Deconinck has created the first agricultural land trust to mobilize the French population to preserve their agricultural heritage, and to promote the development of a more unified small-scale organic farming culture. He is demonstrating that another form of rural development—one that preserves landscapes, ensures custody of the environment, and maintains economic and social activities—is possible.
L'idée nouvelle
Le problème
La stratégie
La personne

Plus d’informations