"Les réfugiés en Turquie doivent pouvoir développer leurs propres solutions"

Refugees are human beings

"Fadwa, Mahmoud et Yasser ont trois points communs.

Ils vivent tous à Istanbul, mais ce n’est pas par choix. Ils y sont car leurs vies en Syrie étaient devenues trop dangereuses ou insupportables. Fadwa s’est échappée du terrible cauchemar d’Alep avec ses trois enfants. Yasser a abandonné ses études universitaires à Damascus dès que sa famille et ses amis ont commencé à être arrêtés. Et Mahmoud a dû prendre une décision difficile en laissant tomber son entreprise de charpenterie-menuiserie florissante pour échapper à la violence qui détruit sa communauté."

>> Retrouvez l'intégralité de l'article sur Medium.

Cet article a été écrit par Adam Lent, directeur de la recherche et de l’innovation du réseau Ashoka, et fait partie d’une série du réseau Ashoka sur l’autonomisation des réfugiés.


>> Découvrez deux autres tribunes d'Ashoka sur la crise migratoire et les solutions d'entrepreneurs sociaux pour y faire face

 

This article was originally published on June 8, 2016
Related TopicsHuman Rights & Equality, Populations vulnérables

More For You