De la ferme à l'assiette : le parcours changemaker de Daniel Oulaï

Depuis son plus jeune âge, Daniel s'est engagé à nourrir sa communauté. Aujourd'hui, il est en train de reconcevoir le système de production alimentaire dans toute la Côte d'Ivoire.
Daniel Oulai

Daniel, un jeune entrepreneur social de Côte d'Ivoire, réimagine le système de production alimentaire de son pays, de la ferme à l'assiette. Jeune adulte, Daniel a fondé une entreprise sociale pour créer un système alimentaire qui fonctionne à la fois pour les agriculteurs et les familles. En repensant la chaîne de valeur alimentaire pour qu'elle soit axée sur les semences locales plutôt que sur les produits génétiquement modifiés - les moyens de subsistance plutôt que le profit - son équipe fournit des aliments de qualité et nutritifs aux familles à des prix abordables. 

Le parcours de Daniel vers le changement remonte à son enfance. Daniel est né au Liberia, où sa mère est née et a grandi. Peu après la naissance de Daniel, la première guerre civile libérienne de 1989 a commencé, un conflit interne violent de plusieurs années qui a entraîné le déplacement de plus d'un million de personnes vers les pays voisins. La faim a été utilisée comme une arme de guerre car le conflit a provoqué une vaste insécurité alimentaire et une malnutrition.

En quête d'un refuge, la famille de Daniel a émigré en Côte d'Ivoire là où son père a grandi. Ils se sont installés à Dainé, un petit village agricole dans la région occidentale de la Côte d'Ivoire. Adolescent, Daniel a été consterné par le stress que partageaient ses parents et ses voisins lorsqu'ils emballaient leurs récoltes pour le marché, chacun aggravé par la baisse de la valeur de leurs récoltes et la perte de productivité due aux parasites. Daniel se souvient : "En Côte d'Ivoire, j'ai été particulièrement marqué par les pertes post-récolte. Toute mon enfance, j'ai vu de vastes champs, des greniers remplis, mais derrière, c'était la misère". (Teller Report).

Au fil des ans, les multinationales ont dominé la société agraire industrialisée en Côte d'Ivoire. Et, finalement, le pays a légalisé l'utilisation des semences génétiquement modifiées (OGM). En introduisant les OGM et les pesticides pour augmenter le rendement des cultures, les agriculteurs se sont sentis obligés de modifier leur commerce de génération, ce qui a accru l'homogénéisation des semences et réduit les nutriments. Les agriculteurs disposant de semences locales et de méthodes agricoles non chimiques, refusant de dépendre de ces sociétés, ont finalement été exclus de leur propre économie.

Daniel, aujourd'hui adolescent, était déterminé à combattre la faim et à réimaginer un système alimentaire qui favorise la dignité et les moyens de subsistance des agriculteurs, et non des entreprises. Sa première étape a été de créer une banque de semences, communément appelé "grainothèque", avec les agriculteurs. Pour cela, il a créé un espace permettant aux agriculteurs de se réunir et de partager les semences locales. Daniel a commencé à répertorier et à suivre les semences utilisées par les fermes locales, en enregistrant la productivité des différents types de semences pour s'assurer que les agriculteurs puissent maximiser leurs récoltes avant de planter. Avec l'ambition de combattre l'industrialisation de l'agriculture dans sa communauté, Daniel partage le projet "montre aux agriculteurs qu'ils peuvent produire autant sans produits chimiques".

Le premier bénéficiaire de Daniel a été son père. Daniel a grandi en l'observant et en l'aidant à cultiver la terre selon les techniques agricoles traditionnelles. Fastidieux et laborieux, Daniel était déterminé à offrir à son père une méthode alternative plus durable et plus efficace. Même si Daniel rêve de moderniser l'agriculture, il respecte les générations de pratiques agricoles qui l'ont précédées. Daniel partage "parce que nous avons des philosophies, des techniques et des pratiques ancestrales qui sont greffées à notre grainothèque que nous essayons de protéger, de préserver et de partager avec les générations futures". (Akody).

La durabilité agricole et la résilience locale sont devenues des guides professionnels pour Daniel. Jeune adulte, il a fondé Grainothèque. En développant son idée de banque de semences, Daniel voulait soutenir les agriculteurs locaux en leur donnant un meilleur accès à l'équipement agricole, à une technologie abordable, à des données et à des semences de qualité. Lorsqu'il a commencé à lancer son entreprise, il s'est rendu compte qu'il avait un rôle plus important à jouer : redéfinir le système de production alimentaire de sa région.

Chacun est le jardinier de sa plante intérieure et sa croissance et sa beauté sont sous son entière responsabilité. Les jeunes doivent s'engager pour résoudre les problèmes de leur communauté parce que notre communauté est notre responsabilité. 

Daniel a commencé à concevoir un système permettant aux agriculteurs locaux de monétiser toutes les parties de leur récolte. Les produits et les récoltes pourraient être vendus directement aux consommateurs et les produits invendus, les résidus de culture pourraient être transformés en aliments pour bétail, et le fumier pourrait être vendu comme amendement du sol pour améliorer la production agricole. Daniel était plein d'énergie, il a commencé à se considérer non pas comme un propriétaire d'entreprise, mais comme un agripreneur, un entrepreneur social déterminé à réinvestir l'agriculture pour l'équité et le développement humain.

Aujourd'hui, dans la trentaine, Daniel normalise la sécurité alimentaire et améliore la nutrition au sein des ménages, augmente les revenus des agriculteurs et renforce leur résilience en tant que communauté. Architecte de la production agricole, l'équipe de Daniel adopte des procédés respectueux du climat pour réduire l'impact environnemental de l'agriculture extractive et créer des opportunités d'emploi pour les jeunes des communautés rurales. Il partage : "Depuis que j'ai réalisé mon projet et trouvé ma voie dans le secteur, je vis un grand moment de bonheur. Je suis toujours ravi de voir le sourire que nos produits apportent aux ménages et je suis très satisfait d'y avoir contribué".

Malgré son succès, Daniel lutte constamment contre le changement d'attitude du public envers le secteur agricole dans son pays. Daniel partage : "L'agriculture a été traitée comme une activité désordonnée, réservée aux personnes qui avaient échouées dans d'autres domaines importants de la vie. Il était donc très difficile pour mes parents et mes amis de comprendre ma décision de poursuivre dans cette voie. Cependant, j'ai décidé de continuer à me battre, malgré le découragement, et c'est ce qui m'a amené là où je suis aujourd'hui". (Tony Elumelu Foundation).

La pandémie de coronavirus a fait craindre à la communauté internationale une aggravation de l'insécurité alimentaire. Selon Daniel, "nous devrons faire face à une crise alimentaire imminente, par anticipation, nous avons lancé rapidement des initiatives pour protéger les plus vulnérables, maintenir l'activité des secteurs agricoles et atténuer les effets de la pandémie sur l'ensemble du système alimentaire". L'équipe de Daniel a réagi en organisant des hackathons en ligne avec des acteurs des chaînes de valeur agricoles locales. Grâce à la collaboration digitale, la communauté a généré des idées pratiques pour atténuer les défis de la pandémie.

L'intérêt du public pour les idées produites par les Hackathons a également encouragé Daniel à lancer une "réponse alimentaire à la COVID-19", un mouvement de citoyens pour protéger la sécurité alimentaire à l'échelle nationale. Ce mouvement remet en cause une stigmatisation de longue date à l'encontre du secteur agricole, en encourageant les jeunes à voir le rôle qu'ils peuvent jouer pour un monde plus durable et plus résistant. L'une des principales innovations de cette initiative a été la numérisation de la filière porcine en Côte d'Ivoire, qui garantit la disponibilité du porc et permet aux gens de se procurer de la viande sans avoir à parcourir de longues distances.  

En remodelant la chaîne de valeur alimentaire pour en faire un système plus équitable et davantage axé sur les données, Daniel a promu la dignité des agriculteurs et des familles de son pays depuis son adolescence. En réfléchissant à son parcours, Daniel déclare : "Nous encourageons les jeunes de Côte d'Ivoire et d'Afrique à embrasser ce secteur d'activité qui a un avenir prometteur".

Daniel reconnaît le pouvoir des entrepreneurs sociaux qui commencent jeunes, "parce que personne ne le fera pour nous. Confucius a dit que "je ne peux pas apprendre à parler à quelqu'un qui ne fait pas d'effort pour parler". Personne, à part la jeunesse elle-même, n'a la possibilité de nous rendre heureux. Nous devons créer le monde parallèle dont nous rêvons en nous engageant ... Chacun est le jardinier de sa plante intérieure et sa croissance et sa beauté sont sous son entière responsabilité. Les jeunes doivent s'engager à résoudre les problèmes de leur communauté car notre communauté est notre responsabilité".