Jean-Louis Kiehl

Ashoka Fellow
fellow-15542-Jean Louis Kiehl_Web.jpg
France
Fellow Since 2011

IDÉE

Le surendettement engendre une double peine d’exclusion financière et sociale. Or les établissements financiers peuvent être excessivement incitatifs, et la France reste un des rares pays sans “Registre national du crédit”. Le nombre de ménages français ayant recours à une Commission de surendettement a été multiplié par 4 en 30 ans – soit 220 millions € de frais pour l’Etat et 7 milliards d’encours en péril en 2016. JeanLouis Kiehl agit sur trois volets : éduquer et accompagner les populations à risque par des consultations de proximité ; devenir partenaire des organismes au contact de l’insolvabilité pour former leurs équipes et les populations fragiles à une meilleure prévention ; créer une plateforme partenariale avec les établissements de crédit pour détecter en amont les personnes menacées et leur proposer un accompagnement. Enfin, il agit auprès des pouvoirs publics pour une politique de prévention active du surendettement.

 

IMPACT

Le réseau national comporte 26 associations fédérées, 124 points d’accueil, 640 bénévoles qualifiés pour 165 000 consultations de ménages et 68 200 heures de formations en 2016. La plateforme pilote de prévention du surendettement est lancée avec 60 partenaires bancaires et assurances, et 84 partenaires institutionnels. En 2015, il lance un programme innovant d’éducation financière et budgétaire “Dilemme” agréé par l’Education Nationale et en 2017 l’expérimentation d’un projet alternatif du Registre des Crédits en France.

 

QUI EST-IL ?

Jean-Louis commence à travailler dès l’âge de 14 ans. Il est lauréat de la Faculté de Droit Robert Schuman (droit des contentieux). Il a été délégué du médiateur de la République pendant 10 ans.