Emilie Schmitt

Ashoka Fellow
img_5774-min_0.jpg
France
Fellow Since 2018

IDÉE

Souvent source de stigmatisation, de perte de confiance et de repli sur soi, la période de chômage est rarement appréhendée comme une période d’opportunités et ses conséquences psychologiques sont peu ou mal adressées. Avec Activ’Action, Emilie Schmitt transforme cette période en un tremplin pour développer de nouvelles compétences de savoir-être (collaboration, empathie, leadership...), regagner confiance en soi et en les autres et construire des choix professionnels plus alignés avec ses aspirations personnelles. Grâce à des ateliers animés par une communauté de facilitateurs, ayant eux-mêmes auparavant suivis ces mêmes ateliers, Activ’Action adresse non seulement les conséquences psychologiques du chômage, mais prépare également les personnes en recherche d’emploi à un monde professionnel en mutation, dans lesquelles phases d’emploi et phases de transition vont être amenées à se succéder de plus en plus fréquemment. Activ’Action propose une solution pour que dans ce futur proche, ces périodes de transition puissent être associées à une attitude positive d’apprentissage, d’opportunités et d’engagement citoyen et soient appréhendées différemment par la société.


IMPACT

En 2018, une communauté de 300 facilitateurs formés aux méthodologies Activ’Action anime des ateliers au sein de 20 groupes locaux répartis à travers 7 pays. Ils ont touché plus de 7000 personnes en 3 ans, de tous profils et milieux sociaux. Par la recherche, le plaidoyer et en diffusant sa méthodologie auprès des entreprises, des institutions publiques et des associations existantes, Activ’Action transforme peu à peu la manière dont la société appréhende la période de recherche d’emploi. 

QUI EST-ELLE ?

Emilie a elle-même vécu une période de recherche d’emploi. Elle réalise pendant cette transition qu’elle n’était pas accompagnée pour dépasser les conséquences psychologiques négatives inhérentes au chômage. Refusant de se résigner face à cette situation, elle co-fonde avec deux amis Activ’Action, pour donner à tous la possibilité de ne plus subir l’impact engendré par le chômage et de pouvoir utiliser cette période de manière constructive.